Dimanche 28 janvier la vie consacrée du diocèse se retrouvait

A 9 heures, presque toutes les forces vives de la vie consacrée du diocèse sont réunies à l’accueil st Joseph du Berceau. Mgr  Nicolas Souchu salue chacune et chacun, et une demi-heure après, cette quarantaine de participants chantent l’Office du 4ème dimanche et sont ravis et empressés de se mettre à l’écoute de notre nouvel Evêque et de Sr Véronique Margron, théologienne, intervenante invitée du jour. Les sujets se croisent.

                     

L’évêque lance la journée par ces mots : « le semeur est sorti pour semer… ». C’est sa vocation, son unique préoccupation qu’il sème et le reste sera l’affaire de Dieu et de chacun. Sept clés extraites de Evangelii Gaudium nous sont proposées, remarque-t-il : oser prendre l’initiative, s’impliquer en vérité, accompagner avec patience, discerner les fruits, proposer une Eglise communautaire, une Eglise aux portes ouvertes et marcher au rythme qui convient, quitte à ralentir le pas (§ 20 à 49). A relire.

            Sr Véronique Margron entreprend alors de nous proposer une longue et riche méditation bien d’actualité sur FRAGILITES et ESPERANCES.
Les fragilités nous atteignent de plein fouet et touchent tout à la fois Dieu (quelle est notre foi ?), la Nature (chacun s’en fait son idée), le Bien (tout devient relatif) et la Raison (vraiment mise à l’épreuve). Un monde mute, change et peut être s’écroule … Tout devient provisoire.


Comment planter l’Espérance ? En se recevant des autres ; la vie consacrée témoigne que nous somme des reliés car nous avons besoin d’autrui pour vivre. Et en même temps, chacune et chacun doit devenir créateur de sa propre histoire, de sa responsabilité personnelle car chacun doit être sujet de liberté. Il faut se souvenir que nous sommes des passants, des passeurs et aussi que nous n’existons « pas sans l’autre ». Et de proposer une conclusion plus que poétique «  Ne ratez pas votre matinée de printemps ! » (Jankélévitch).

Quelques questions sont posées … le repas suit … Sr Véronique ramasse les questions, fait une intervention remarquée sur le corps et notre capacité relationnelle, notre vulnérabilité à aimer, revient sur notre capacité créatrice, qui renvoie au récit : dans quelle histoire rentrons-nous ? Quelle est notre travail d’unification ? Quelle est notre densité de vie ? Sr Margron termine sur un feu d’artifice, nous exhortant à vivre selon la force de l’espérance et la passion du possible. Faire tout son possible, y compris le possible que je crois impossible. Il y a un aujourd’hui possible. Quel est ce nouveau possible ?

L’Eucharistie suit, louange parfaite qui ramasse tous nos possibles et la finale répand la nouvelle : le Père Alfred Brettes prend retraite et le Père Frédéric Pellefigue prend la relève ; à la prochaine réunion sous sa houlette.                 

JPR cm

 

 

 

 

Accueil Actualités Dimanche 28 janvier la vie consacrée du diocèse se retrouvait