Le berceau à la rencontre des centres d'accueil et spirituels de France organisée par la CORREF

 

 

Nous étions une centaine de près de 80 lieux de toute la France : du centre spirituel Ste bernadette à Nevers au centre d’accueil de l’Affleck (centre d’accueil spiritain dans la Drome), du centre d’accueil ignatien breton de Penboc’h au centre spirituel la pommeraie des frères des écoles chrétiennes en Isère, du centre spirituel et d’accueil du Berceau à Dax au centre d'accueil de près de Bordeaux, du centre d’accueil de l’Assomption à Lourdes au centre spirituel de Baurain en Belgique, l‘alternance entre présentation et travaux de groupes en région ou par responsabilités et enfin en instituts c’est toute une dynamique qui s’est dégagé.

 

C’est Monique Hébrard qui ouvrira la session en replaçant nos services dans la société contemporaine comme une réponse d’Eglise à nos contemporains moins en recherche de religion qu’en recherche de sens.

 

 Elle nous redit que depuis la guerre les pratiques religieuses ne cessent de diminuer et que l’on voit émerger un humanisme ésotérique, es traditions religieuses devenant ressources de sens, et le religieux se logeant dans le secteur new âge de vision orientale.  Les sociologues mettent en évidence la demande d’expériences ésotérique, le chamanisme, l’astrologie, et l’art divinatoire, une recherche paix intérieure et désir d’expériences mystique hors cadre.  On associe volontiers spirituel et psychologie religieuse sans institution.  On recherche du côté de ce qui fait du bien, ce qui donne du sens, des pratiques corporelles et énergétiques….la méditation devient un exercice bénéfique de santé que l’on rationalise en l’étudiant en neurosciences.

 

 Il est facile de constater que la déconstruction du religieux conduit au burnout au stress occasionné par la perte de sens. Et l’on voit en retour des pratiques du jeune, un retour à la sexualité sans produits pour une écologie du corps. En en même temps la multiplication des coach et l’émergence du nihilisme qui provoque les extrémismes nés de la recherche de repères (notamment le djihadisme)

 

Cela entraine la naissance d’associations du patrimoine pour défendre les églises, car porteuse d’histoires familiales, on note des conversions dans le monde des médias, de la littérature, du cinéma, des spectacle et des revues qui remettent la foi en exergue.

 

Face à cela nos centres sont des lieux de discernement, des lieux aux frontières ancrées dans l’amour des hommes et l’amour de Dieu. Des lieux ou l’on tente d’articuler à nouveau  le ‘je’ (de la conscience) et le  ‘nous’ de la liberté des racines revisitées par une histoire et une communauté.

 

 Puis ce sera le constat de l’évolution des demandes de pèlerinages en groupes à des demandes d’accueil individualisés d’écoute et de découverte d’univers auxquels sont étrangers les sollicitant qui ressentent les lieux comme espaces de paix, de silence, de ressourcement, de communion. Ces évolutions exigent d’adapter les réponses orientant vers des propositions nouvelles sessions d’art-thérapie pour faire son deuil, des sessions pour soigner la blessure de la mort d’un proche par suicide, retraites laïques.

 

 Tous sont certains qu’il faut faire que tous les partenaires des divers lieux (religieux, religieuses, laïcs bénévoles, salariés et administrateurs) doivent retrouver le goût d’être ensemble pour faire renaitre un projet qui soit porteur et que chacun déclinera pour apporter ce supplément d’âme dont la tradition dont ils héritent les rend dépositaire et  qu’ils vont savoir partager à nos contemporains en quête de sens.

Nous nous quitterons après avoir travaillé en instituts retenant notre attention dans deux directions développer des synergies : régionales et locales et par types de centre, et dans les réalités locales travailler à affiner les projets où missions et responsabilités seront clairement posées, afin de créer de nouveaux dynamismes (financeurs, partenaires, bénévoles) et ouvert aux moyens de communication. Puis communication : entre nous pour faciliter les gestions  techniques (gestions des biens, renouvellement des propositions) et vers l’extérieur renouvelant nos espaces et outils de communication et ouvrant nos portes à de nouvelles demandes.

 

 Une dynamique s’est enclenchée pour permettre à nos contemporains de pouvoir puiser ai diverses sources de la tradition chrétienne qui est encore source de vie à la suite de Jésus.

 

Accueil Actualités Le berceau à la rencontre des centres d'accueil et spirituels de France organisée par la CORREF