Ranquines

Ranquines, la Maison Natale de Saint Vincent de Paul

Il s’agit d’un lieu-dit. C'est l'appellation de cette modeste demeure landaise qui signifie : La maison du boiteux. Nous en trouvons confirmation près de Monsieur Vincent qui avouait lui-même, dans une conférence à ses confrères en 1659 :

« Je me ressouviens, qu'étant petit garçon, comme mon père me menait avec lui, à la ville (à Dax), parce qu'il était mal habillé et un peu boiteux j'avais honte d'aller avec lui et de le reconnaître pour mon père ».

Ranquines est une petite propriété de 250 mètres de long sur 10 de large, composée d'une maison, d'une Bergerie sur l'emplacement actuel de La Grange, et d'un peu de terrain pour y loger les troupeaux. Le possession de ce peu de terre permet de faire la différence entre la pauvreté et la misère. Le bâtiment actuel n'est pas la maison d'origine mais une reconstitution réalisée avec les matériaux d'origine. L'exposition de la véritable maison était également différente mais elle permet de bien comprendre la vie quotidienne des familles landaises au XVIème siècle.

Le maison est composée d'une pièce principale et de quatre chambres (la famille compte huit membres). La première des chambres était réservée à l'aîné, la seconde aux parents, la troisième aux garçons. C'est dans celle-ci que Vincent a vécu. Enfin, la quatrième était celle des filles. On y découvre quelques-uns de ses souvenirs : le Christ qu'il avait sur son bureau à Paris, ses chaussures offertes par Anne d'Autriche et un buste réalisé à partir de son masque mortuaire.

C'est dans l'appentis que se trouve actuellement le lieu de naissance de Vincent.



Revenir au Plan Général Interactif

Accueil Le Berceau Ranquines